En mer sur le Hudson, octobre 2018!

En mer sur le Hudson, octobre 2018!

Je repars en mer aujourd'hui, 13 octobre, jusqu'au début novembre!

J'effectue des inventaires d'oiseaux dans le golfe du Saint-Laurent, à bord du Hudson, un bateau légendaire de la Garde côtière.

Je vous mettrai des nouvelles lorsque ce sera possible.

Nous débuterons par une dizaine de jours dans le coin de Baleines noires, spécialement pour les étudier et étudier leur nourriture, le zooplancton!

Moi, comme d'habitude, je m'occupe de recenser les oiseaux, mais je vais les voir aussi les baleines!

**N'oubliez pas de commander vos calendriers 2019, je les envois à mon retour à terre en novembre! **

---En ordre chronologique inversé à partir d'ici.---

30 octobre 2018, près des côtes du Québec!

Bon, je suis bien contente de me réveiller ce matin avec les lumières de la côte en vie depuis le hublot de ma cabine. Nous sommes en face de cloridorme, en Gaspésie. Retour dans le signal cellulaire (que je risque de perdre encore un peu, car nous traversons vers la côte nord)!

Je vous raconte les derniers jours lorsque j'en aurai le temps au cours de la journée.

25 au 29 octobre, (à venir)

Beaucoup de vague!

24 octobre 2018, vent entre le cap Breton et l'île du prince Édouard

Aujourd'hui, c'est venteux de nouveau. Un Fou de Bassan passe de temps en temps. On a quelques oiseux à bord, dont un Bruant à gorge blanche et un Junco ardoisé.

Voici les vagues. 🙂

Bon, ça empire, vagues de 5-6 mètres (10h15, heure du Québec).

Moi dans la tempête. 🙂

23 octobre 2018, beau temps au nord de l'île du Prince Édouard

Pour une fois, il fait beau. Mais la nuit a apporté beaucoup de passereaux à bord.

Nous avons un groupe d'une vingtaine de Tarins des pins, un Roitelet à couronne dorée mâle qui aime bien montrer sa couronne, un Plectrophane des neiges et une Alouette hausse-col.

Voici l'alouette, qu'on peut même entendre dans cette vidéo.

Nous avons beaucoup de Guillemots marmette sur l'eau, répartis en petits groupe de cinq et moins, par-ci par-là. J'ai aussi vu mon premier Macareux moine du voyage, posé sur l'eau avec des guillemots.

22 octobre 2018, changement d'équipe à Dalhousie

Aujourd'hui, on fait un arrêt à terre pour changer d'équipe scientifique. La mission visant la Baleine noire est donc terminée.

Voici notre arrivée à Dalhousie, Nouveau-Brunswick.

Et notre super bateau à quai. Ma cabine est de l'autre côté, à babord, au niveau des hublots qui sont dans la coque rouge du bateau, assez en arrière.

Voici le site où était située l'usine qui faisait vivre Dalhousie, pâtes et papiers je crois (vue de la rue vers l'eau. Maintenant, les copeaux sont envoyés du port vers la Chine, qui fait le papier. La ville est donc, disons, beaucoup plus calme qu'autrefois. Particularité, tout le monde semble bilingue à Dalhousie.

Nous poursuivrons donc avec la mission habituelle, étudiant l'eau et récupérant des bouées et des mouillages (sorte de bouée sous-marine).

21 octobre 2018, enfin mieux en après-midi

Le vent était encore fort le matin, mais s'est enfin calmé en après-midi.

On se dirige lentement vers la péninsule acadienne, car nous devona être dans la baie des Chaleurs demain, pour le changement d'équipe scientifique.

En après-midi, j'ai vu pas mal de Mouettes tridactyles et deux labbes, soit un de forme claire et un de forme sombre, probables Labbes parasites.

Voici deux des quatre observateurs de mammifères marins, qui nous viennent de Halifax. Ce sont Hilary et Andrew, qui coordonnent ('équipe des baleines. Malheureusement, ils n'ont pas vu grand chose dans les derniers jours et aucune Baleine noire b'aura été observé pendant tout le temps d'observation.

Je vous présente aussi la vaméra qui prend des images sous-marines à différentes profondeurs. C'est très cool.

Voici quelques-unes des meilleures photos que cet appareil a prises.

La première, c'est la nourriture favorite des Baleines noires, un petit copépode, appelé Calanus, qui est riche en énergie, car il accumule du gras sous forme d'huile, c'est ce qui lui donne sa rondeur (il peut être plus rond que celui de la photo s'il est bien plein). Il est vraiment tout petit, soit la grosseur d'un grai de riz ou d'une graine de sésame selon l'espèce, alors il faut en manger beaucoup. Aussi, il faut normalement que les baleines plongent à plus de 100 m de profondeur pour aller s'en nourrir.

Voici, ci-dessous, une petite espèce et une grosse espèce de krill. C'est ce que mangent beaucoup de baleines à fanons, mais oas la Baleine noire, car elles sont trop lentes pour attraper trop les rapides krills.

Voici deux autres belles photos, soit un cténophore (souvent confondu avec les méduses) et une un petit crustacés, dont j'oublie le nom.

C'est plein de surprises la vie sous-marine! 🙂

20 octobre 2018, mauvais temps

Il fait tellement mauvais qu'on doit faire du sur-place en après-midi en attendant que ça passe. Le vent va jusqu'à 41 noeuds (76 km/h).

J'ai quand même vu mon premier goéland d'hiver pour cette saison, soit un Goéland bourgmestre immature.

Voici quelques manipulations qui sont faites pour voir ce qui se trouve sous l'eau. Des filets échantillonnent différentes profondeurs et nous ramènent le zooplancton qui s'y trouve.

On vide le contenu des chaudières où on a vidé les filets et on met le tout dans des petits bocaux avec de l'eau de mer et du formol.

Voici Geneviève Perrin , la chef de mission, en trai de s'occuper joyeusement de cette tâche. 🙂

Voici un gros plan du krill capturé.

Voici une lompénie et une limace de mer (probable limace marbrée), deux bébé poissons capturés en même temps dans les filets.

19 octobre 2018, vers l'est

Le temps est encore mauvais aujourd'hui.

Voici de quoi ça a l'air du hublot de ma cabine ce matin.

Comme nous nous éloignons de la côte, je prévois perdre le signal pour quelques jours. Alors, il faudra être patient pour les prochaines nouvelles. 🙂

18 octobre 2018, toujours près de l'île Bonaventure

Le matin, j'ai vu de bonnes quantités de Fous de Bassan et de Mouettes tridactyles, entre autres.

J'ai aussi vu passer un Labbe parasite de forme claire et un Phalarope à bec large.

Le vent s'est levé comme prévu vers le milieu de la journée. Nous avons donc fait du sur-place à partir de ce moment, près de l'île Bonaventure pour attendre que le mauvais temps passe.

On a eu un maximim de vent à 45 noeuds.

Voici quelques images du bateau en attendant que ça passe.

Quelques tables et chaises

Salle à manger

Lit de bateau

Lit de ma cabine

Couloir de bateau avec rampes

Couloir

Grande salle avec fauteuils et télé

Loudge (salon)

Un bureau blanc

Bureau de ma cabine

17 octobre 2018, allers-retours au sud de l'île Bonaventure

D'abors, hier soir, nous avons eu un appel pour un possible bateau en détresse. En fait, quelqu'un a vu, à partir de la côte, ce qui pourrait être un bateau chaviré blanc, noir et rouge. Nous nous y sommes rendus, mais il faisait noir. On a cherché le 21h à 23h, en face de Pabos Mills, en Gaspésie. Puis les recherches ont été abandonnées. Si on a abandonné si vite, c'est qu'aucun appel de détresse n'a été reçu et aucun bateau n'était manquant. On a donc de gros soupçons que nous étions en fait à la recherche d'une baleine morte.

J'ai participé aux recherches pendant une heure et ça m'a permis de voir les quelques goélands que l'on a fait lever et plusieurs passereaux (non identifiables) qui sont venus voir les lumières du bateau. C'est que nous étions plus lumineux que d'habitude étant donné les trois projecteurs à l'avant qui éclairaient la surface de l'eau.

Aujourd'hui, nous sommes plus près de l'île Bonaventure, juste au sud. Je vois que la presque totalité des Fous de Bassan de l'île sont partis, car d'habitude, c'est tout blanc là où il y a la colo ie, comme si c'était recouvert de neige. Aujourd'hui, c'est tout brun.

Nous allons passer toute la journée à cet endroit à faire des allers-retours, car les scientifiques qui font des échantillonnages dans l'eau veulent avoir des données au même endroit sur 24h pour voir les variations.

Voici Percé à gauche, le rocher percé au centre et l'île Bonaventure à droite. La colonie presque vide se trouve du à la poite droite de l'île.

Un phoque gris s'est montré un petit peu.

Voici aussi quelques Fous de bassan, sans zoom.

16 octobre 2018, à l'abri dans la baie de Gaspé

Comme nous attendions des vents de 50 noeuds (93 km/h), nous sommes allés attendre à l'abri que le vent passe.

Nous faisons donc des allers-retours dans la baie de Gaspé.

Nous avons aussi quelques passagers clandestins à bord : Grive solitaire, Bruant à gorge blanche, Bruant des prés Paruline à croupion jaune.

Dans la baie, quelques Fous de Bassan, quelques Mouettes de Bonaparte, deux Plongeons huard en vol, quelques goélands, quelques Guillemots marmettes, avant que le vent prenne.

Voici de quoi ça a l'air ces vents, qui on une pointe à presque 52 noeuds vers 15h. Ici, c'est plus calme qu'au large et on a des vagues de 3 mètres au moins, alors imaginez le large!

15 octobre 2018, entre l'Ile-du-Pince-Edouard et la Péninsule acadienne

Beau temps, inventaires d'oiseaux.

Quasiment trop beau en fait, car le soleil plombe sur moi et j'ai méga chaud! Ça n'arrivait pas vraiment sur les autres batraux, parce que j'étais installée plus loin de la fenêtre.

Quelques passagers clandestins à bord, soit Junco ardoisé, Merle d'Amérique, Tarin des pins (celui-là est entré.à l'intérieur pendant la nuit et un scientifique l'a doucement remis dehors).

On a aussi notre première victime du voyage, une Paruline à croupion jaune. Désolée pour l'image triste, mais c'est la réalité des bateaux.

14 octobre 2018, départ

Après recherche intensive par moi-même de tout l'extérieur du bateau, armée de gants et d'une serviette au cas où j'aurais à la transporter, je n'ai pas retrouvé la Petite Nyctale! C'est bon signe!

Le ciel est dégagé. D'après moi, elle est repartie migrer pendant la nuit, ce qui était ce que j'espérais.

Enfin, j'espère bien qu'elle n'est pas bien cachée et encore là, mais elle m'a l'air bien partie. Tant mieux, car il ne faudrait pas l'amener en mer!

Départ prévu à 7h00, heure des Maritimes (donc 6h00 ici). Nous ferons des tests dans la baie de Gaspé avant de partir pour vrai vers l'Est.

13 octobre 2018, embarquement et surprise à Gaspé

Nous avons une Petite Nyctale à bord depuis au moins cet après-midi et nous ne sommes même pas partis du quai de Gaspé! J'ai espoir qu'elle partira durant la nuit, sinon, je vais devoir m'assurer qu'elle ne vienne pas en mer avec nous.

Commentaires ( 10 )

  • Stéphane

    Un grand merci de nous faire vivre tes voyages en mer et de mettre des photos et vidéos, je t’envie tellement. Bravo !!

  • David Quirion

    Bon voyage! Et bonne chance avec la météo!

  • Thérèse Larocque

    Je vous envie beaucoup !!!

  • Micheline Laperle

    Bon voyage Mireille! je te souhaite d’avoir beaucoup d’oiseaux à recenser. Lors de ta prochaine correspondance, tu nous laisseras savoir si la Petite Nyctale a quitté le bateau avant votre départ.

    • Bien sûr, je vous en donnerai des nouvelles! Merci beaucoup. 🙂

  • Pierre Casavant

    Les oiseaux te suivent et t’attendent. Très beau et prolifique voyage Mireille.

Écrire un commentaire

 

s2Member®